Mauritanie – Adrar Janvier 2017

IMG_0030

La sécurité n’a jamais été aussi bien assurée depuis que je viens en Mauritanie.

Le président du Sothiou, Jean-Luc LAGET s’est rendu en Mauritanie durant le mois de janvier 2017, avec plusieurs objectifs :

  1. Assurer l’accréditation définitive du Sothiou par le ministère de l’intérieur.
  2. Voir les solutions possibles à la fermeture des écoles dans les villages.
  3. Voir l’implantation du garage du camion et signer une convention d’utilisation.
  4. Vérifier le fonctionnement des cabinets à Ouadane , Chinguetti et celui du camion.
  5. Voir avec la banque pour faciliter les virements et avoir un chéquier.

 

IMG_0049

Résultats :

  1. Mohamed a pu avoir auprès d’une secrétaire l’info selon laquelle « on »se moquait de lui en disant qu’une « commission devait statuer » ; en fait seuls les dossiers demandés par le ministre ou le secrétaire général étaient traités, les autres s’empilaient.
  2. Mohamed a pu faire intervenir un parent auprès du secrétaire général et le lendemain la secrétaire, que nous avons revue, a confirmé que le dossier avait été demandé et qu’il sera signé la semaine prochaine au retour du ministre… A suivre.
  3. Pour ce qui est des écoles, les positions semblent irréconciliables :pour l’éducation nationale toutes les écoles de moins de 40 élèves doivent être fermées, car les effectifs d’enseignants sont trop faibles et certaines classes sont à plus de 50 élèves. Pour les chefs de villages, ils doivent rouvrir les écoles à partir d’une vingtaine d’élèves. Le problème est que certains ont obtenu soit la non fermeture en trichant en ramenant des élèves de leurs familles (même lointaine), comme à Enough lors de l’inspection (ils avaient été avertis) ou la réouverture comme à Tanouchert, et là avec raison car les enfants sont nombreux. Pour l’instant on est bloqué car tant qu’il subsiste un doute, les chefs ne veulent pas envisager une possibilité de rapatriement des enfants sur Ouadane.

IMG_0072

L’inspecteur m’a dit qu’il rentrait sur Ouadane le premier février et « qu’il ferait tout pour rouvrir ces écoles » !!! C’est souvent déroutant car il peut y avoir 19 élèves à Aghmakoum et au maximum 25 élèves à Agouedir. On doit rester en contact par mail.

Pour l’instant l’instituteur d’Aghmakoum est à Ouadane où il a été muté et il a emmené avec lui 6 élèves en plus de ses enfants. (Une possibilité de faire une sorte de pension dans ce cas).

  1. La construction du garage est en bonne voie ; la surface est correcte. Les fondations et le début des murs sont de bonnes qualités. Eleya profite de la construction pour s’appuyer sur deux des murs pour construire sa maison en parpaing. Il va faire cela par étapes, pièce après pièce. Nous avons signé une convention d’utilisation du garage sur 10 ans. (en pièce jointe) Pour le cabinet de Ouadane tout fonctionne normalement. Il n’y a pas de turbine ni de micro moteur. ( Ils utilisent le matériel du camion)

IMG_0010

A Chinguetti : le compresseur avait la conduite d’air débranchée et la pression d’eau est trop faible. Il faut prévoir un collier supplémentaire ou un autre système de connexion, l’installateur a fait ça à la mauritanienne ( !) . Certains fléaux étant cassés, j’ai déconnecté les ressorts de rappel pour que cela puisse fonctionner. Nous avons acheté un surpresseur (22 500 UM, soit un peu moins de 70 euros) Ahmed doit le faire passer au médecin de Chinguetti pour installation.

Le camion est OK mais ce sera bien mieux avec un garage car la poussière s’insinue partout et le soleil attaque tous les joints et les pneus.

5. Pour la banque : Ils m’ont imprimé un chéquier et je dois faire en rentrant un courrier pour que je puisse faire des virements par internet directement de compte à compte.

La sécurité n’a jamais été aussi bien assurée depuis que je viens en Mauritanie.