Mission dentaire – Novembre 2017 – Adrar, MAURITANIE

arbre el ebeye

Chèvre grillée, belles rencontres et pannes électriques, une mission dentaire en Mauritanie …

Mission Mauritanie du 15 au 28 novembre 2017

Un récit du Dr Jean Luc LAGET,

[…] Vendredi 17 : Mohamed qui est venu nous chercher à la pension nous apprend une bonne nouvelle : un jeune dentiste va venir avec nous ! Brahim et lui ont réussi à trouver quelqu’un dans la nuit. Il ne pourra pas nous accompagner à 7H00 mais il rejoindra avec le Bus de l’après midi.

On arrive à Atar à 13H30. Repas rapide chez Eleya. Rencontre avec le maire adjoint de Ouadane responsable de El beyed.

Il me donne une info importante : il faut une nouvelle classe à El beyed, car la fermeture des écoles des petits villages (mesure gouvernementale) entraîne une augmentation des inscriptions. Les financements prévus ont été annulés. Ils ont évalué l’ensemble des travaux, pour une grande classe de 10 m par 4 m à 2 000 000 UM à 410 UM (en € : un peu moins de 5 000 €).

On décide de continuer sur Ouadane pour gagner une journée de soins. Notre confrère mauritanien Hacem nous rejoindra avec le fils d’Ahmed. Nous arrivons tard chez Zaida car nous avons été bloqué dans la passe par l’armée.

Samedi 18 : Montée au dispensaire pour 8h00. Grand Nettoyage !!! Montage d’un deuxième « fauteuil dentaire », car nous n’avons pas amené le camion.

Capture d'écran 2017-12-10 21.20.38

A 11h00, tout est prêt : Stéphane et Hacem sur le fauteuil du dispensaire, Baba et moi sur une table d’examen avec le matériel du camion. Travail jusqu’à 15h00 non stop. Je termine ma journée avec des connaissances : Zaïda pour l’extraction d’une sagesse et Dah pour extraction de 17 et 18.

Capture d'écran 2017-12-10 21.21.03

Visite au jardin d’Ahmed et à l’arbre d’Hypolite. Nous revenons à pied avec Stéphane.

Discussion avec Hacem, pour lui expliquer ce qu’on attend de lui. Il a l’air de pouvoir suppléer Sidi.

Dimanche 19 : 8H00 début du travail au dispensaire jusqu’à 15h00. Comme nous avons une bonne radio, nous faisons des soins plus complexes avec plusieurs obturations.

Capture d'écran 2017-12-10 21.21.11

A l auberge, Zaïda a toutes ses chambres occupées ce soir par des touristes allemands (ils travaillent à Nouakchott et parlent parfaitement le français) : le commerce est reparti !!! Nous laissons les touristes se rendre dans la vieille ville et nous allons visiter l’oasis de Teelaba avec Stéphane et Hacem. Nous remontons l’oued à pied pour essayer de trouver l’eau mais visiblement c’est plus sec que lors de ma dernière visite. Puis, nous filons voir les chamelles d’Ahmed.

Lundi 20 : Début du travail 8h00. Mêmes équipes. Comme je travaille dans une position pas très académique et très inconfortable, je suis chargé des extractions afin de ne pas trop souffrir. Nous avons commandé à Brahim des produits dentaires complémentaires… nous allons être en rupture d’anesthésie…

Au repas chez Zaïda il y a des journalistes, touristes hollandais. Ils font des reportages tout en visitant la Mauritanie. Ils sont 4 et ont choisi Zaïda avec comme sujet : « une femme mauritanienne entreprenante ayant réussi. » C’est un bon choix !!!.

Il y a en plus 2 italiens et une suédoise. C’est plus animé qu’il y a quelques mois !!

En fin de journée, nous démontons le matériel du dispensaire et nous chargeons le tout dans le 4X4 d’Ahmed pour pouvoir soigner à El Beyed. Stéphane et Hacem vont visiter la vieille ville et le musée de Sidi! Comme le dit Stéphane la tête de Sidi est comme son musée un vrai B…..l !

Mardi 21 : 7h00 fin du chargement dans le 4X4. Les journalistes nous prennent en photo, ils feront peut être un article sur le Sothiou en plus de celui sur Zaïda.( !!). Ils me préviendront par mail de la sortie dans la revue.

En route pour El Beyed ! Grande bonne nouvelle : une nouvelle passe qui raccourcit la route de 1h30 a été construite par les habitants d’El Beyed!!!

En route Ahmed est malade, il a très mal à la tête. Il est fiévreux. On le soigne : médicaments et il va se reposer.

On s’installe dans le luxueux dispensaire d’ El Beyed. Vraiment dommage que ce bâtiment ne serve à rien car il est très bien fait, avec tous les réseaux. Nous allons fonctionner sans groupe !! Le bâtiment est équipé de panneaux solaires et batteries qui ne servent jamais !

Nous investissons une pièce qui servira de cabinet dentaire, le mobilier est restreint : un banc d’écolier et deux chaises. Nous allons travailler dans des positions très peu ergonomiques !!!

Nous travaillons jusqu’à 17h00, j’assiste Stéphane qui, vu sa taille, fait quelques acrobaties. Les gens sur place, n’ayant pas beaucoup de contact avec des dentistes, sont inquiets, certains préfèrent repartir quand nous sortons la seringue d’anesthésie.

Nous faisons surtout des extractions, ainsi que quelques soins sur des gens jeunes, ce qui nous fait plaisir car sur des caries débutantes, nous assurons l’avenir de ces dents.

.Nous faisons chacun une grosse séance « extractions en chaîne » avec assainissement d’un maxillaire et sutures.

Islem, le chef du village nous offre le repas (classique chèvre bouillie + coucous au sable, un peu fort pour Stéphane !) L’état d’Ahmed ne s’améliore pas vite : il est abattu et a de fortes poussées de fièvre. Stéphane lui fait une soupe Knorr. Nous dormons dans le dispensaire et bien qu’à trois pièces de distance nous entendons Ahmed ronfler.

Capture d'écran 2017-12-10 21.39.33

Mercredi 22 : Ahmed n’étant toujours pas très en forme, nous décidons d’écourter notre séjour nous partirons à 13h00. Je me mets au travail pendant que Stéphane va visiter le musée d’Islem. Nous avons aussi fait de la « bobologie » : pansement d une plaie à la main, problème de peau au niveau d’un sein, diarrhée infantile.

La fin des soins se passe bien et nous chargeons après avoir rapidement mangé.

Bilan :

El beyed : Extractions : 22 14 patients

Amalgames : 9

Composites : 0

Deux grosses interventions avec sutures.

Capture d'écran 2017-12-10 21.21.26

Nous avons visité le forage et l’équipement en panneaux solaires qui alimentait la pompe. Tout et très endommagé par la crue du mois de juillet). Je dois voir l’adjoint au maire de Ouadane, (dont dépend El Beyed) pour savoir quand les travaux seront faits et comment ils seront faits pour éviter que cela ne se reproduise. C’est la priorité absolue pour que le village survive. Ensuite le problème est la création d’une deuxième classe car quand tous les élèves sont là ils sont 70. En ce moment, l instituteur fait la classe avec 4 niveaux dans la même pièce, chaque niveau tourné vers un angle les élèves étant dos à dos !!.

Capture d'écran 2017-12-10 21.39.43

Ahmed semble un peu mieux et il conduit jusqu’à Agouedir. Nous passons au jardin qui vient juste d’être semé. Nous allons chez le chef du village après les traditionnels Thés, nous parvenons à discuter : ils ont abandonné l’idée de faire rouvrir l’école (le maître qui s’était marié sur place s’est tué dans un accident d’automobile à Nouakchott.)

Le chef du village nous dit que la seule chose pour laquelle on pourrait les aider serait le creusement d’un nouveau puit pour le jardin. Après discussion, la décision est que le chef va faire établir un devis qu’il transmettra à Eleya et Ahmed qui nous le feront passer. En rentrant nous trouvons chez Zaïda 4 camping cars équipés pour le désert. Se sont 6 français qui vont continuer leur périple en Mauritanie.

Jeudi 23 : Nous avons une très grosse journée au dispensaire. Les retardataires sont nombreux et de nombreux rendez vous ont été donné Hacem et Baba (faute de produits !!).

Nous travaillons de 8h00 à 15h 45 non stop. Avec un coup de stress pour Stéphane : son avant dernière patiente fait une lipothymie très importante repartant dans les « pommes » chaque fois qu’on la réanime. En fait on apprend plus tard par le médecin qu’elle souffre d’épilepsie et qu’elle n’a pas pris sa dépakine et il lui arrive d’avoir ces symptômes parfois. Diagnostic curieux du médecin : « elle aime tellement les hommes que quand un la touche elle s évanouie !! »

Capture d'écran 2017-12-10 21.20.54

Nous terminons les deux derniers patients et nous allons enfin manger chez Zaïda. 17h 15 on remonte pour tout plier. Nous passons chez Ahmed et il ne nous parait pas très en forme. Nous envisageons de partir avec ses fils s’il n’est pas mieux demain.

Bilan : Patients 121

Extractions : 57

Amalgame : 48

Composite : 39

Détartrage : 10

Obturations : 8

Vendredi 24 : Je règle Zaïda (tarif privilégié pour le Sothiou.) Et nous avons le plaisir de voir arriver Ahmed qui semble un peu mieux. On démarre pour Chinguetti. Il est 8h00. Nous passons d’abord par Enough. Les habitants ont démarré un jardin : nous leur laissons des semences. « Total » a fait un sondage et ils ont donc une grosse installation solaire qui va permettre d’alimenter en eau le village et normalement aussi Tanouchert.

Nous allons à Tanouchert, l’arrivée sur l’oasis est toujours aussi belle. Je visite les deux coopératives, cette année tout est en bon état, bien entretenu. Leurs deux pompes chinoises sont en très mauvais état. Il faut les remplacer car ce serait trop dommage de risquer de perdre les futures récoltes. Il faut songer à installer des pompes solaires, l’eau n’est qu’à deux mètres de profondeur : devis à faire faire .Je rencontre un garçon chargé de faire un audit pour donner le feu vert pour les voyages de touristes à partir du 24 décembre. Nous ne manquons pas, Stéphane et moi de lui faire part de notre sentiment de sécurité.

Direction Chinguetti, nous arrivons vers 13h00 et sommes installés par Baba chez lui !.

15h00 : après la prière, le dispensaire ouvre et nous pouvons nous installer. Stéphane et Hacem aux soins, et moi au bricolage. Nous arrêtons à 18h30. Repas et nuit chez Baba.

Samedi 25 : Lever 7 h00, après le petit déjeuner, je règle les sommes que le Sothiou doit à Baba et Hacem et nous partons pour le dispensaire, je soigne pendant que Stéphane et Hacem vont visiter la vieille ville. Une panne électrique de la ville m’oblige à faire surtout des extractions.

Ensuite, nous travaillons en deux équipes, 1 équipe soin sur unit

1 dentiste sur lit d examen pour extraction, pour plus d efficacité.

Les gens de Chinguetti ont vraiment de gros besoins en soins dentaires !

C’est ici qui nous avons vu le dispensaire le mieux entretenu de toute la Mauritanie, grâce au médecin local qui est très impliqué et son équipe particulièrement dévouée.

Les deux prochaines missions du Sothiou seront faites là. Nous laissons le matériel du camion sur place pour éviter des transports inutiles. Nous terminons vers 12h00 pour pouvoir rentrer à Atar et permettre à Hacem de prendre le bus pour Nouakchott.

Bilan :

Chinguetti : Extractions : 12 27 patients

Amalgames : 9

Composites : 8

Détartrages : 2

Dimanche 26 : Départ 8h 00. Par la nouvelle route, nous atteignons Oujett facilement mais nous quittons le goudron peu après la sortie de la ville et là ça se complique !!!C’est une piste caillouteuse mais encombrée de barcanes (dunes mobiles) dans certaines zones, en particulier à la fin nous marchons moins vite qu’à pied !

L’arrivée sur Maaden est assez spectaculaire. L’oasis très longue, large et bien verte se déploie entre une falaise rocheuse (que nous devons dévaler) et un erg de dunes très blanches. Nous finissons par rencontrer le fils du marabout qui fait office de chef du village. Après l’inévitable thé, nous abordons la conversation sérieuse. Les besoins dentaires (comme partout) sont très importants. Nous allons visiter le dispensaire qui est adapté pour nous permettre de pratiquer des soins. La difficulté est la piste, cela nous obligera à avoir du matériel adapté.

Capture d'écran 2017-12-10 21.40.29

Nous visitons ensuite les jardins. Ils sont ici très avancés en ce qui concerne le maraîchage, leur gros problème est la quasi monoculture de la carotte. Ils me disent en avoir produit 500 tonnes l’année dernière !!! Ce qui a conduit à l’effondrement des cours par sur production. Vu l’état de la piste c’est incroyable qu’ils puissent sortir des camions de 10 tonnes de là ! Ils doivent avoir la visite de Pierre Rabi en fin d’année. Je pense qu’il leur conseillera de diversifier les cultures. L’un des habitants a commencé en faisant des essais pour planter des fruitiers : Oliviers, pommiers, grenadiers, figuiers.

Nous allons ensuite dans la maison d’accueil des voyageurs, dans laquelle on nous offre le repas et qui hébergera notre équipe en cas de mission ici. Nous finissons par partir après un repas de la classique chèvre, coucous et poisson ( !!!) qui n’en finit pas.

 

Capture d'écran 2017-12-10 21.20.29

Repas chez Isselmou, l’entrepreneur adjoint au maire de Ouadane, (chèvre rôtie cette fois !) Nous pouvons parler d’El Beyed : pour le forage les appels d’offres pour la remise en état seront lancés cette semaine : le financeur demande que tout soit terminé pour le 31 décembre.

Pour l’école, je dois le tenir informé de la position du prochain CA du Sothiou.

Nuit un peu agitée par la présence d’un hérisson dans notre chambre réveil en sursaut de Stéphane pensant dans son sommeil à un serpent.

Lundi 27 : réveil 6h00 : nous devons acheter les trois places de bus,( aucune femme ne veut s’asseoir à coté de nous) ! Tant mieux on a plus de place et Stéphane peut sommeiller pendant que je tape, tant bien que mal, la fin de ce rapport…

Arrivée tardive à NKT : nous avons crevé en route et il a fallu attendre le passage d’un bus pour avoir une roue de secours ! Dans l’incident, nous perdons aussi une pièce d’amortisseur (il n’y en avait pas beaucoup au départ… !)

Brahim nous attend à l’arrivée et nous amène au restaurant : après le régime chèvre, enfin du poisson !

Quelques courses pour Stéphane et moi, puis nous recevons les visites du médecin de Chinguetti et son frère qui nous demandent de faire une mission dentaire dans leur village de Rachid au Taggan et bien sûr, nous inviter à faire du tourisme sur place…

Ensuite nous recevons une délégation de Magama amenée par Abda Sy. Pour nous faire honneur, ils sont venus en habits traditionnels de fête. Ils attendent aussi la visite du camion nous assurant que la route est praticable. Le problème là bas est lié au nombre d’habitants (15 000) ainsi qu’à la grande pauvreté entraînant un grand nombre de pathologies dentaires. Il est envisagé de faire une mission avec deux dentistes (l’un pour les extractions, l’autre pour les soins) afin d’augmenter l’efficacité. Ils nous demandent, si possible, des tests HIV et des tests de sérologie hépatique …..

En rentrant, nous avons rendez vous avec Sidi, l’autre dentiste mauritanien. Sa demande : un programme de missions avec des départs fréquents (au moins une fois par mois).

L’idéal étant deux missions mensuelles, chacune avec un dentiste. Je décide de prendre le temps de la réflexion pour faire un calendrier et avoir l’aval du CA. Il est temps d’aller dormir réveil 4h 45. Mission terminée.

Capture d'écran 2017-12-10 21.20.20