Le rapport des jeunes dentistes, à Ouadane.

EKEP1730

Une version plus romancée de la mission dentaire ! La Mauritanie et la belle ville de Ouadane, lieu idéal pour allier travail et découverte culturelle !

Dimanche 25 novembre

18h. Après 5h de vol avec la Mauritania Airlines, nous posons enfin les pieds à Atar. L’air est chaud et nous sentons déjà le vent du désert. Ahmed, Diéh et Baba nous attendent à la sortie de l’aéroport; nous grimpons dans leur 4×4 et nous dirigeons vers le désert pour la première nuit, où tentes et repas sont déjà soignesement préparés. Nous nous attablons en tailleur autour d’un beau plat de chameau concocté par Zaïda, et faisons connaissance avec les amis de Jean-Luc. Le ciel est clair, les étoiles scintillantes. (20h50:lever de lune). Brossage de dents à la belle étoile puis nous nous glissons dans nos sacs de couchage pour dormir sous ces si belles « raïma », tissus aux motifs colorés qui composent la tente.

Lundi 26 novembre

7h15. Lever du soleil derrière l’Adrar dominant le désert. Après un petit déjeuner « à la fraiche », en route vers Ouadane, situé à 180km. Nous traversons le désert puis gravissons la côte pour atteindre le sommet du plateau, « la passe ». Nous roulerons plusieurs heures sur ce plateau, le temps de sympathiser avec Fannie, étudiante en 3ème année de dentaire à Clermont-Ferrant qui nous assistera durant la mission. Nous nous émerveillons de l’immensité de ces plaines à perte de vue, parsemées de cactus et autres végétations (complètement absentes l’été), de ces ânes et chameaux en bordure de route.

3h de pistes et quelques histoires racontées par notre équipe mauritanienne plus tard, nous apercevons Ouadane, village bordé par des palmiers innombrables. Nous arrivons chez Zaïda, à l’auberge Vasque. L’incontournable thé nous est servi.

En fin d’après-midi et après la sieste, nous allons au dispensaire organiser le cabinet: nous travaillerons sur un fauteuil dentaire et une table de consultation médicale. Une deuxième planche de consultation servant de plan de travail pour étaler les instruments et une armoire destinée au consommable séparerant les 2 unités. Nous déballons tous les cartons, installons tout le matériel, tandis que Baba, notre assistant, tente de réparer le moteur d’un des deux fauteuils.

Mardi 27 novembre

7h30. Réveil avec la lumière du jour, p’tit dej, blouse sur le dos, départ pour le dispensaire à pied. Des numéros sont distribués aux patients par l’infirmier; nous nous les répartissons selon les cas en fonction de la fonctionnalité des fauteuils: l’un est destiné aux extractions, l’autre aux soins.

Bilan du 27/11/2018 : 30 patients

extraction = 26

amalgame = 7

composite = 4

détartrage = 3

IMG_5435

16h30. Sidi Mohamed nous emmène pour une visite guidée de la vieille ville, cité classée au

patrimoine de l’Unesco. Une merveille. Un bond dans le temps où se mêlent ruines du XIIème siècle et rénovations des années 2000. Une ville « ocre » fondue dans le décor sablé. Au coucher du soleil, la ville se métamorphose tout à coup dans les teintes rosées. Sublime. Nous continuons notre visite et arrivons dans la rue « commerçante » où la négociation est le maître mot. Chech, bijoux, tam-tam, théière etc sont disposés sur des tapis […] Après le diner, nous jouerons aux cartes, Zaïda et Baba nous feront découvrir la belote à la Mauritanienne.

Mercredi 28 novembre

Rituel matinal. L’organisation au cabinet est meilleure que la veille. Aujourd’hui, c’est la date anniversaire de l’indépendance de la Mauritanie (1960) ; le drapeau est levé a 9h.

28/11/2018 : 42 patients

extraction = 23

amalgame = 8

composite = 12

détartrage = 4

consultation = 5

 

IMG_0416

17h. Diéh et Baba nous emmènent voir les dunes. Nous passons par Tilaba, village réputé pour ses palmiers dattiers, où les propriétaires mauritaniens viennent passer leurs vacances durant la saison de la récolte. Arrivés au pied de la dune, nous nous empressons de monter jusqu’à l’arête. Quelle sensation agréable ce sable doux comme de la soie sous nos pieds qui s’enfoncent doucement jusqu’aux mollets ! Quel romantisme ce soleil embrassant les dunes !!

Jeudi 29 novembre

Aujourd’hui, Jean-Luc vient nous aider au dispensaire, il se concentre essentiellement sur les cas complexes : une résection apicale avec obturation à rétro, extraction d’une dent avec kyste où l’anesthésie ne prenait pas, extraction d’un apex fracturé dans l’alvéole avec lambeau+alvéolectomie. Le jeune médecin Mohamed Ghali nous invite à prendre le café dans son cabinet pour la pause.

29/11/2018 : 39 patients

extraction = 17

amalgame = 11

composite = 15

détartrage = 3

consultation = 5

 

IMG_5429

17h. Jean-Luc nous fait visiter la magnifique maison dont un généreux français a fait don au

Sothiou.

Diéh nous fait découvrir sa palmeraie ; les plantations sont de toutes sortes, minutieusement séparées par de petits monticules de sable : courgettes, carottes, betterave, menthe, navets… avec pour engrais du crottin de chèvre.

Le soleil se couche, et nous pouvons apercevoir le retour des chamelles au loin, avec leurs petits et le chamelier.

De retour à l’auberge, le méchoui de chèvre est déjà en train de griller ; une fois englouti avec son délicieux couscous, nous nous installons autour de Sidi qui nous conte des histoires, tout en faisant du thé à la menthe et fumant sa cigarette.

Vendredi 30 novembre

Petite matinée de travail. Nous finissons vers midi, remballons tout le matériel et le chargeons dans le 4×4 avec Baba et Ahmed.

30/11/2018 : 19 patients

extraction = 6

amalgame = 5

composite = 5

détartrage = 2

consultation = 4

ESET6165HAAI8057

Toutes les 3 à l’arrière du véhicule, unit sur les genoux, nous voilà parties pour Chingitti, le village de Baba. Sur la route, nous ferons plusieurs haltes. Premier arrêt à Tanouchert, petit village où de petites huttes en feuilles de palmiers séchées sont éparpillées de part et d’autres du chemin principal, et où l’on peut trouver une école un peu plus haut. Ici, une classe est composée de 30 élèves, tous niveaux scolaires confondus, et enseignée par un unique professeur.

Nous nous rapprochons de Chingitti, dont la première partie de la ville est entièrement ensevelie par le sable. Avant de pénétrer dans la ville, impossible de ne pas s’approcher des dunes que nous longeons depuis bien des kilomètres ! Après plusieurs tentatives et quelques bars en moins dans les pneus, nous voilà au sommet des dunes. Moment magique. Infini de dunes sablées à 360°, le soleil dorant les reliefs, donnant de la profondeur au paysage. Ces dunes sont tellement poétiques. La sérénité et la plénitude sont palpables.

Le soir même, nous avons la chance d’assister à un mariage mauritanien ; ici, il n’y a pas d’invitation, tous les habitants du village sont conviés. Nous nous installons en tailleur, chech sur la tête pour nous fondre dans l’assemblée. Les tam-tam commencent à retentir, les guitares à s’accorder, le micro à grésiller. On entend les claquements de mains en rythme, la musique est lancée, la chanteuse échauffée. Deux femmes se lèvent et dansent au milieu de la foule par terre, voile sur le visage, utilisant leur « mélafa » (vêtement traditionnel africain) pour accompagner leurs mouvements.

Total des 4 jours : 122 patients

extraction = 72

amalgame = 32

composite = 36

détartrage = 12

consultation = 13

Samedi 31 novembre

Premier jour sans travail, nous en profitons pour visiter la vieille ville de Chinguetti, guidés par Ahmed. Au détour d’une ruelle, nous nous recroquevillons afin d’entrer par une petite porte dans une cour intérieure desservant la bibliothèque. Bibliothèque fondée par Ahmed Mahmoud qui dit que « Le savoir est la seule richesse que l’on peut distribuer sans risque de se ruiner ». A la sortie de ce lieu rempli d’histoire et de connaissances, nous parcourons les coopératives de produits « artisanals » pour acheter quelques souvenirs.

Dans l’après-midi, nous rejoignons Atar pour nous rapprocher de l’aéroport, et allons au souk. Dernière journée Mauritanienne. Dernières négociations. Dernière soirée africaine. Dernier « Savar saïd ».

Nous repartons de ce magnifique endroit la mémoire emplie de couleur, chaleur, douceur. Nous rentrons à la maison avec un enrichissement personnel et professionnel inestimable, et un joli sourire intérieur en repensant à tous ces si beaux moments partagés.