Cette année 2020, le Sothiou fête ses 15 ans Mission in extremis dans l’Adar juste avant la femeture des frontières et la pandémie du Covid 19 … 7 dentistes dont 6 étudiants dentaires de l’Université de Montpellier ont travaillé durant une semaine dans la région de Ouadane.Ce qu’il faut retenir ? Une formidable cohésion d’équipe, […]

Cette année 2020, le Sothiou fête ses 15 ans

Mission in extremis dans l’Adar juste avant la femeture des frontières et la pandémie du Covid 19 …

7 dentistes dont 6 étudiants dentaires de l’Université de Montpellier ont travaillé durant une semaine dans la région de Ouadane.Ce qu’il faut retenir ? Une formidable cohésion d’équipe, des belles rencontres, un travail fourni exceptionnel avec de nombreux soins malgré les défaillances techniques et de la prévention, encore et toujours!

Ci joint le récit complet du Dr Jean Luc LAGET

22 /02 : Voyage normal. Mais, à l’arrivée : Covi 19 : embouteillage, un seul capteur de température pour 200 passagers et contrôle de toutes les pages de chaque passeport pour vérifier que personne ne soit allé Chine. ! Je comptais avoir des facilités pour faire les formalités plus vite grâce à ma carte de séjour, Bilan : nous sortons de l’aéroport à 2h30 du matin !!
23/02 : Petit déjeuner avec Mohamed Vadel et Brahim puis départ avec Enzo pour une longue journée de 4X4.Arrivée à F’derick 19h30.
24/02 : Démarrage au dispensaire ou Baba et Eleya ont tout installé la veille. Le départ est un peu laborieux : le préfet ayant demandé à ouvrir lui-même la mission officiellement avec photos et tout ! On ne démarre vraiment que vers 9h45., pour voir au final plus d’une
trentaine de patients. Repas vers 15h00 avec le maire, le député, le médecin chef. Téléphone en France pour que Yannick nous amène les
quelques consommables qui nous manquent.

25/02 : Nous avons des problèmes de tension électrique qui perturbent le fonctionnement du compresseur et d l’aspiration. On demande un générateur pour le lendemain. A 16h30 ( toujours Enzo, Baba Eleya et moi) allont visiter la saline qui appartient à une coopérative de la ville.
26/02 : Toujours des problèmes électriques ! On décide d’arrêter car le matériel risque de casser. Après une pose de 1H30, ils ont réussi à nous connecter directement à un poteau électrique. On peut enfin travailler plus sereinement ! On visite à 17h00 la ville de ZOUERAT. On ne voit que les anciennes installations. La mine en activité est à 50 km, on aperçoit seulement le nuage de poussière.
27/02 : Soins à F’DERIK pour le dernier jour.

Nombre de patients : 148

Composites : 49

amalgames 11

extractions 140

détartrages : 12

consultations et soins divers : 8.
Conclusion : Il y a localement de gros besoins. Le maire est outré quand il apprend qu’à Ouadane nous ne sommes pas hébergés gratuitement par la ville.

28/02 : Lever 6h00 direction TOUAGIL. Petit village appartenant à la commune. A 45 Km. Je ne peux travailler que jusqu’à 9h30 car je dois prendre l’avion à ZOUERAT. Mais ça fonctionne bien on est à 14 patients à cette heure là.

Je règle ELEYA qui s’arrête ce soir pour une mission avec des touristes. (Penser à une clef supplémentaire pour le camion et une clef
informatique pour le transfert des photos.)

Arrivée à NKT. Brahim vient me chercher à l’aéroport. On mange avec Hassen qui m’apporte les consommables qu’il m’a acheté.

29/02 : Journée calme en prévision de la nuit !
Je récupère tout le monde à l’aéroport (Yannick, Denis, et les six jeunes dentistes de Montpellier), et tout se passe bien : Brahim nous a récupéré des badges qui nous permettent d’aller jusqu’à la zone des visas. Boydya accompagné le chauffeur de notre bus.
A 2H 00 du matin on s’embarque pour traverser NKT et avancer su la route d’Atar. A 4h00 on se couche dans le désert à 100 km de NKT. 01/03 : Je suis surpris les jeunes se réveillent tôt ! A 7h00 tout le monde s’active. Petit déjeuner sur place (prévu par Boydya). A Adjoujt , premiere pause : certains jeunes sont un peu surpris par le premier contact avec la pauvreté. Nous arrivons à Atar à 12h30. Repas chez BOYDYA et transfert des affaires dans les 4×4 :5 dans la voiture de Djé + 4 dans la voiture d’Ahmed. On arrive chez Zaïda à 17h30. Elle a prévu un peu court ! Il y a des touristes en place. Je me retrouve logé dans une « paillote » ça me rappelle le bon vieux temps ! Mais me promet une nuit agitée (moustiques et matelas défoncé !)
à 18h30 Réunion tous ensemble pour organiser e séjour.
02/03 Au dispensaire : Yannick, Enzo, Majid, Abid, Marie, se partagent
le fauteuil plus deux tables d’examen. Le kart du fauteuil fonctionne mal.
Il va falloir que je le ramène en France. Ils s’organisent bien et coopèrent
dans la bonne humeur. Avec Denis nous allons chercher l’inspecteur de
l’enseignement et nous nous rendons à l’école N°1 avec Claire, Paul et
Nadia. Paul recueille les données pour alimenter les statistiques pour sa
thèse en examinant les enfants (les enfants présentant des problèmes
seront traités en priorité le dernier jour.) Après quelques problèmes
informatiques l’équipe lance les séances de motivation dans les classes.
Les jeunes dentistes sont enthousiastes et cela se passe très bien avec
les enfants. Ils distribuent 100 brosses à dents dans chaque Ecole sur
Ouadane il y a 220 élèves dans l’école 1 , 240 dans l’école 2 et 280 dans
l’école de Telaba .
Nous voyons avec Denis le sous préfet (le préfet est absent) et le
commandant de police. Comme toujours ils sont très contents de notre
action et sont à notre service.. .ils nous apprennent l’existence d’une
autre école dans la Moughata (voir rapport Denis) avec 53 élèves

d’après l’inspecteur. C’est à une centaine de kilomètres vers l’Est. C’est
sécurisé selon le commandant de gendarmerie.
Ensuite pour moi, bricolage pendant que tout le monde est en action.
Démontage du compresseur de Ouadane qui ne se déclenche pas une
fois vide! Il va falloir que je ramène la pièce défectueuse en France pour
la changer. Pour l’aspiration chirurgicale du camion qui est bloquée (elle
a aspiré de l’eau lors d’une mission précédente). Je peux avec l’aide de
Baba débloquer le moteur. Et il finit par tourner bien mais les pâles en
carbone qui créent la dépression semblent bloquées ! Je peux joindre
Mickael (merci ADPG) qui me confirme qu’on doit les rendre mobiles.
Pour cela les mettre à tremper dans du dégrippant pendant une nuit.
Chose faite avec succès !
Il est décidé un changement de programme : Comme il y a relativement
peu de monde à Ouadane (voir rapport Denis) surtout peu de monde qui
veulent des extractions (car les patients sont plus régulièrement soignés
ici), nous
décidons un transfert de toute l’équipe à Teelaba où la demande est
grande. Cela pour mardi et mercredi. Nous allons voir l’arrivée des
chamelles et nous sommes tous invités chez Ahmed pour le repas du
soir.
03/03 : Après le démarrage de l’Equipe des jeunes dans la voiture de
Djé , nous nous embarquons avec Denis et Enzo direction Aghmakoum.
Il y a 20 élèves qui mangent tous les jours. Il leur reste un peu de
provisions.
Nous sommes invités aux deux extrémités du village. Nous leur
demandons de trouver entre eux une solution : nous ne pouvons pas
manger au deux endroits ! Après le repas (traditionnelle chèvre !) nous
allons chez les gens à l’autre extrémité du village pour faire la réunion
sur la cantine. (Denis prend les notes) Nous avons constaté que les
enfants sont globalement bien maigres et nous apprenons qu’ils ne
mangent rien le matin, leur premier repas se déroule après les cours.
Nous pensons remettre en place une bouillie à la première récréation
pour qu’ils puissent apprendre dans de bonnes conditions.
L’ASC que Michel Glass avait permis de former a sa cantine métallique
vide. Elle a brulé les médicaments périmés et elle à récupéré 5000
ouguiyas. Elle voudrait qu’on remplisse à nouveau la caisse pour qu’elle
puisse distribuer certains médicaments aux gens du village qui seraient
malades. Elle doit donner à Ahmed la liste des médicaments les plus
souvent utilisés. Après contrôle de Michel, je propose qu’on mette le
complément pour qu’ils aient une petite pharmacie des médicaments de
base.
Après la signature de la convention nous repartons vers El Beyed.

Arrivés sur place nous allons au campement du frère de Sid AHMED (le
banquier) qui nous invite aussitôt et s’empresse d’égorger un chevreau !
..bien que nous ayons amené notre nourriture.
Nous mangeons avec les deux instituteurs. L’un est francophone, l’autre
arabisant.
Là aussi, nous apprenons que certains enfants font 7 kilomètres le matin
pour aller à l’école le ventre vide et qu’ils ne mangent qu’à 14h00 ;de
plus comme l’effectif est plus important que prévu. Ils n’ont plus de
cantine depuis le 10 février.
Il conviendrait là aussi de mettre en place une bouillie.
03/03 : Les jardins sont vraiment magnifiques. Je fais remarquer au Chef
Yslem que les jardins sont en retard, ils commencent juste à produire
alors que ce devrait être le cas depuis décembre. Nous précisons dans
la convention qu’ils devront fournir la cantine en légumes à partir du 2
me trimestre tous les ans. Nous ne fournirons des légumes pour la
cantine qu’en octobre novembre et décembre.
La convention signée nous partons pour Agouédir.
Arrivés à Agouedir nous allons directement voir les jardins. La pompe
solaire fonctionne parfaitement. Les villageois avaient l’intention de sortir
la pompe du puits en fin de saison. Je leur conseille de la laisser dans
l’eau où elle sera plus en sécurité que si elle est dehors (le sable s’infiltre
partout.)
Comme je l’avais promis lors de ma dernière visite, nous mangeons
avec le chef du village.( devinez quoi ?) Le chef a tellement mal au dos
que je lui laisse mes antalgiques. Nous rentrons sur OUADANE où nous
retrouvons toute l’équipe qui en a terminé avec les soins à TEELABA. Ils
ont bien bossés (145 dents extraites sur les deux jours + les soins) et
l’Ecole de 280 élèves motivée au brossage avec le Sothiou !
Le soir Zaïda nous amène pour un méchoui dans le désert et vers 21
heures nous avons la surprise de voir arriver un 4×4 avec 20 jeunes de
20 à 25 ans. C’est une surprise pour moi ! Ils viennent remercier le
SOTHIOU pour son action pour OUADANE. Cela fait 2 mois qu’ils ont
demandé à Ahmed quand nous venions !
Ils exécutent 3 danses folkloriques pour nous et me remettent un
diplôme. C’est très émouvant et très encourageant quand on pense que
depuis 15 ans que nous travaillons à Ouadane aucune des autorités de
la ville ne nous a ni invité, ni remercié ! Que les jeunes le fassent de leur
propre initiative est vraiment super !
04/03 : Dernière journée à OUADANE : le directeur de l’Ecole nous
amène 40 enfants qui ont été dépistés par les jeunes dentistes et qui ont
besoin de soins. Ils passent en priorité avant les adultes qui ont des

numéros. C’est le début d’une journée épuisante pour tous. Denis tente
de maintenir un peu d’ordre à la porte pendant que tous les dentistes s‘
affairent en s’entraidant les uns les autres. Dommage que nous n’ayons
qu’un unit fonctionnel, les trois autres unités de travail pratiquent des
extractions. Tout le monde crie grâce !!! Et à 14h00 complètement
épuisé  par le travail, le bruit, la chaleur, les négociations avec les
enfants et les parents, nous plions tout et chargeons le 4×4. Dernier
repas chez Zaïda.
Nous prenons le chemin du désert pour Tanouchert où nous assistons
au coucher du soleil et passons la nuit à la belle étoile.
05/03 : Le matin direction Chinguetti.
Les jeunes ont droit à la visite de la vieille ville et à un peu de repos
avant d’aller voir le coucher du soleil sur la grande dune et essayer de
faire une photo utilisable pour les 15 ans du Sothiou.
Quant à moi, après m’être rendu au dispensaire pour voir le nouveau
médecin chef, je me rends à la maison des médecins de Chinguetti pour
rencontrer Mohamed Wenane
J’ai un peu présumé de mes forces et j’ai pris un coup de chaud qui
m’oblige à rester tranquille pour le reste de l’après midi. Repas et nuit
chez Baba.
06/03 : Réveil 6h30 départ 7h00 pour Atar. Déchargement du matériel
chez Eleya et embarquement dans le bus pour NKT à 9h15. Plus de
39°c à l’arrivée à NKT à 14h30, nous allons directement chez Mohamed
Vadel qui a mis sa maison à notre disposition. Brahim assure les repas.
A midi un peu de poisson remplace avantageusement la chèvre !!!
L’après midi est consacrée à la visite du port artisanal et aux dernières
emplettes.
Isabel Feidero me propose de créer un festival de 8 à 10 jours dans la
maison du Sothiou à Ouadane. Ce serait des artistes contemporains qui
créeraient des œuvres avec les habitants de Ouadane. Le même type de
festival existe dans le sud du Maroc depuis 10 ans. Elle va me mettre le
lien de l’association par internet.
Conclusion : Belle mission, bien remplie.
Les participants ont tous été largement à la hauteur. Tous les dentistes
(première mission mauritanienne pour tous) ont parfaitement assuré.
Tout le monde a fait au mieux, compte tenu des conditions, pour assurer
un maximum de soins et les 740 enfants des écoles primaires ont tous
eu le message de prévention dans la bonne humeur et le partage.
Nous avons ramené une partie du matériel pour réparation.

On apprend à chaque mission, celle-ci, la première de cette ampleur par
le nombre, m’a apporté son lot d’enseignement :
Lors de futures missions de cette dimension (9 dentistes) nous devons
prévoir plus de matériel pour augmenter encore la qualité de notre
travail.
Jusqu’à présent les missions se déroulant en petit nombre (seul ou à
deux ou trois) nous faisions essentiellement face à l’urgence. Si nous
sommes à l’avenir plus nombreux (à partir de trois) dans une mission il
nous faut envisager des soins
Plus conservateurs et donc un matériel plus adapté pour répartir les
tâches : les uns faisant face à l’urgence, les autres pratiquant des soins
plus élaborés (endo…) D’autre part il faut envisager de partir sur les
missions importante avec une ou plusieurs personnes pouvant faire
fonction d’assistant(e) car il faut aussi améliorer la qualité de l’entretient
du matériel et de la stérilisation. Baba avec la meilleure volonté du
monde ne pouvant pas tout faire.